En route pour Camogli, cet ancien village de pêcheurs aux airs des Cinque Terre

Le port de Camogli 1Grâce à mon expédition dans la capitale de la Ligurie c’est-à-dire Se perdre dans les rues de Gênes, j’ai pu remarquer en prenant le train du retour des villages aux airs des Cinque Terre/Cinq Terres.

Au loin, j’ai aperçu les maisons colorées du village de Camogli et vu qu’il me restait une journée complète en Italie. J’ai décidé de prendre un billet de train en partance de Chiavari pour ce village au prix de 5,60€ Aller-Retour.

En descendant de la gare de Camogli, je prends à droite et j’emprunte les escaliers qui donnent sur une rue en contrebas.

J’admire déjà une poêle géante qui se dresse devant moi, je suis intriguée donc je m’approche de plus près pour admirer les photos s’y trouvant à l’intérieur.

Il s’agit du folklore de Camogli, une tradition liée à la mer et à ses pêcheurs – la Sagra del Pesce – qui se déroule en mai, le principe étant de faire frire des poissons dans cette poêle géante de quatre mètres (il existe une de 5m). Pour ce festival, plus de 3000 litres d’huile et trois tonnes de poissons frais sont utilisés.

Je continue mon chemin sur la rue principale « Via Giuseppe Garibaldi » où se trouve en majeur partie les restaurants, les bars et les magasins de souvenirs de la ville.

Au loin, j’aperçois la Basilique Santa Maria Assunta datant du 12ème siècle et les ruines du château « Dragone », je veux aller les visiter et là, je me rends compte que le village est séparé en deux parties.

La première est touristique permettant aux personnes de s’allonger sur la plage en mode farniente et la deuxième partie est le port de Camogli où se trouve encore quelques pécheurs même si c’est dérisoire par rapport aux siècles précédents.Basilica di Santa Maria Assunta - mer - batimentRuines de l'ancien chateauEn effet, ce village fournissait une flotte comprenant +/- 3000 navires marchands, sous contrat avec les grands États européens de l’époque. Un musée maritime peut être visité pour expliquer l’histoire passée de Camogli – Civic Maritime Muséum Gio Bono Ferrari à la Via Gio Bono Ferrari, 42.Port de CamogliPortEnsuite, je marche jusqu’au bout de la dingue qui donne une magnifique vue sur le port et les falaises.

Quant à la Basilique qui s’élève sur une petite presque île nommée « Isola », son intérieur  aux couleurs dorées est somptueux.

Le côté de l’église offre une vue imprenable sur la ville. Par contre, les ruines du chateau sont inaccessibles.

Dans les rues de ce village, je me laisse emporter et vivre par la Dolce Farniente… Je tombe sur la Via della Repubblica qui est déserte, à mon avis, elle doit être plus vivante en période saisonnière.

Il est midi, je trouve l’endroit parfait pour manger une délicieuse pizza (8€) accompagné d’un Spritz (6€) avec une magnifique vue sur la Basilique et sa plage, cela se passe au restaurant « Binji Bar ».  Pizza - Spritz - CamoComme dessert, je mange le dessert local c’est-à-dire une très bonne glace avec trois goûts différents (fruits rouges, citron et pêche) pour 2,5€ à la Cremeria del Paradisio qui se situe au centre des deux parties de Camogli.

La glace à la pêche est une tuerie !Glaces de CamogliAlors, je vous avoue que mon programme de la journée était de visiter un autre village qui se nomme Sori, mais j’étais tellement bien à Camogli que j’y suis restée toute la journée !

J’ai passé toute la fin d’après-midi sur la plage « del Pinetto » au pied du restaurant II Doge c’est-à-dire au bout de cette grève comme ça, il y avait moins de gens et en plus, j’ai découvert une chouette cascade naturelle.

D’ailleurs, on peut mieux l’apercevoir si on emprunte la passerelle de ce même restaurant/hôtel.Grotte dans la ville de CamogliEn résumé, Camogli est un agréable village où le plaisir de ne rien faire est de mise. Un village aux maisons colorées avec un joli port, une belle plage au sable gris/noir et de la nourriture délicieuse… J’ai terminé ma dernière journée en beauté dans un endroit chaleureux et reposant.Camoglie - City

 

2 commentaires sur “En route pour Camogli, cet ancien village de pêcheurs aux airs des Cinque Terre

Les commentaires sont fermés.