Une journée culturelle sur l’île de Marie-Galante surnommée « la Grande Galette »

Mardi soir, nous avons décidé sur un coup de tête de réserver une excursion à Marie-Galante.

Après avoir cherché sur internet le prix de la traversée, nous avons cliqué sur le site http://www.icigo.com qui propose diverses excursions dont une qui nous tentait bien.

Notre excursion, au prix de 79€ par adulte et 69€ par enfant dans un groupe de maximum 8 personnes, proposait la traversée, un guide, les visites de musées (elles sont gratuites), le transport, et le repas.

https://www.icigo.com/mer/visite-iles/marie-galante/forfait-maison-indigo-murat-resto

On a choisi cette option vu que ça revenait moins cher et que nous ne voulions pas nous tracasser, on s’est laissé vivre.

marie-galante - retour soleil pluieMercredi matin, nous avons garé notre voiture sur le parking du port de Point-à-Pitre (gratuit) puis on a été chercher notre ticket pour le bateau au guichet. La traversée n’a jamais été aussi compliquée, j’ai eu pour la première fois de ma vie le mal de mer !

Notre guide nous attendait au port de Grand-Bourg à Marie-Galante. On a pu prendre 30 minutes pour visite la ville même dont le marché de Grand-Bourg et l’église catholique de l’Immaculée-Conception.

Nous avons été visiter l’habitation Murat qui est une des premières sucreries de Guadeloupe, elle intégrait des milliers d’esclaves. Elle a été abandonnée au 19ème siècle suite à l’abolition de l’esclavage, à la concurrence de la betterave et des usines centrales. Malgré la reprise par quelques propriétaires, l’habitation devient une ruine. Le conseil général décide, en 1979, de créer un écomusée des traditions et arts populaires. L’habitation est composée de : magasins de vivres, communs, hôpital, mare, moulins à vent et à bêtes, une sucrerie, dominés par la maison de maître.

Ensuite, nous avons visité une entreprise de canne à sucre « La Batterie Moyson ». On a pu observer la fabrication et déguster, la canne à sucre liquide ou de la liqueur.

marie-galante - sucre à canneOn a également fait un arrêt à la distillerie Bellevue où là aussi on a pu visiter l’entreprise, la fabrication et déguster les différents types de rhums. Je peux vous assurer que le rhum à la vanille est une pure tuerie (8€ la bouteille).

Notre guide nous a emmené dans une entreprise qui fabrique la farine du Manioc, il s’agit de l’entreprise Farimag – trois générations de la famille Darin réalise cette farine. La gérante nous a expliqué sa conception et son utilisation.

La farine de Manioc avec de la coco peut être utilisée pour des pâtisseries.marie-galante - entreprise magniocmarie-galante - magniocOn a pu observer la Gueule Grand Gouffre se situant au nord de l’île. Il s’agit d’un impressionnant gouffre (comme son nom l’indique) à ciel ouvert, mesurant 50m de hauteur. Le lieu est facile d’accès en voiture et il dispose d’un parking se trouvant à 200m.marie-galante - gueule grand gouffreAvant d’aller manger, on a découvert une autre spécialité de Marie-Galante : Son Miel ! Le miel de la belle hôtesse est juste à tomber. Vous y trouverez des ruches et vous pouvez également suivre la fabrication du miel.

Personnellement, j’ai acheté du miel liquide et un savon au miel (bien sûr) au prix de 11,30€.marie-galante - mielNous avons été au restaurant « Aux plaisirs des marins » où vous pouvez déguster un délicieux planteur les pieds dans le sable avec une vue de dingue ! Nous avons eu droit au menu avec une entrée, un plat dont le Colombo de poulet et un dessert avec les boissons comprises. Nous avons passé au moins deux heures à table, à parler ensemble (on était accompagné de quatre métropolitains) et à observer cette magnifique vue.marie-galante - plage

marie-galante - colombo de pouletSur le chemin du retour, on a demandé au guide de nous arrêter à la plage du Vieux-Fort – Anse Cambou avec l’îlet du vieux-fort en face. Cette plage est tout simplement magnifique. On ne pouvait mieux terminer cette journée incroyable et culturelle.marie-galante - bateaumarie-galante - coquillage