La cité des Doges : « De Venise à Burano en passant par Murano »

La belle Venise, cette capitale de la région Vénétie dans le Nord de l’Italie, Venise et ses centaines d’îles reliées par approximativement quatre cents ponts.                                      La cité des Doges inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO grâce à son architecture et son patrimoine culturel. Cette reine de l’Adriatique, avec tant de charme autrefois, est ensevelie, non pas de la montée des eaux, de touristes détruisant sans coeur son plus beau des trésors. Ce désastre, je ne l’ai perçu que quelques années après mon passage. Malheureusement, dans mon coeur, elle tient la dernière place de la plus belle ville d’Italie.

À 20 ans, je visite pour la troisième fois un nouveau pays. Sachant que je vis en Belgique et que j’ai voyagé seulement dans le Nord de la France et en Espagne, me voilà dans un avion pour la première fois de ma vie avec mon père et ma grand-mère en partance pour l’Italie. C’est ma grand-mère qui a eu cette idée de voyage grâce au magazine Senior qu’elle reçoit une fois par année dans sa boite aux lettres. Du coup, on se retrouve assis dans un avion avec un groupe de personnes âgées aussi excité que moi à l’idée de découvrir Venise.

Notre hôtel se situe à Jesolo – Lido de Jesolo avec sa plage de 15km de long. La majorité des visiteurs de Venise loge dans cette commune, car c’est facile d’accès et les prix sont abordables à contrario des hôtels de la capitale de la région Vénétie. Le premier jour, on nous a laissé le temps de nous installer et de se promener dans les environs de Lido, mais si au vu de notre arrivée tardive dans la saison, les rues étaient désertes et les magasins clos.

Le lendemain, on démarre la journée par une balade en vaporetto pour arriver au coeur de la place Saint-Marc. Malgré ce temps maussade, cette place aux couleurs vives et chatoyante est magnifique.

Vous trouverez les horaires pour le Vaporetto, ici : https://www.e-venise.com/vaporetto-venise-actv-ligne-14.html

 

Dans les petites rues étroites, un défilé de personnes costumées ne met pas de doute sur la période estivale : C’est le Carnaval. Pour nous, c’est surtout le dernier jour de cette chaleureuse fête traditionnelle italienne. Elle commence le mercredi des cendres jusqu’au mardi gras cependant, vous pouvez toujours apercevoir certains costumes les jours suivants, cela permet d’observer de somptueux costumes sans les mésaventures de la foule.

Tiens en parlant de mésaventure, nous avons vécu, en ce deuxième jour en Italie, une inondation d’au moins 20cm d’eau… Au début, nous pensions que c’était juste des flaques d’eau, mais plus on avançait, plus l’eau montait… On a dû se résigner à acheter des bottes en plastique à dix euros pour se protéger et ne pas finir les pieds trempés.

De base, je ne suis pas friande des voyages en groupe, mais le positif, c’est que parfois, nous vivons des évènements que nous n’aurions pu vivre en organisant le voyage soi-même. Pour ce midi, on est monté à bord d’un bateau afin de nous emmener en balade sur la lagune et profiter d’un bon repas avec une vue panoramique inoubliable sur Venise. Le choix était cornélien entre se concentrer sur la nourriture ou sur l’architecture des bâtiments. L’après-midi, on s’est littéralement perdu, on pensait être très loin de la place, mais au final, on n’a pas quitté les alentours…À ce moment-là, je n’avais pas Google Maps sur mon téléphone pour pouvoir nous repérer, nous étions à l’ancienne sans carte juste notre orientation et des panneaux pour nous repérer.

Nous avons continué notre voyage en allant visiter la ville de Murano reconnue pour les  souffleurs de verres. D’ailleurs, le bateau nous a déposé à l’entrée de l’atelier d’un d’entre eux, il nous a expliqué et montré le fonctionnement de son métier, c’était très intéressant, l’observation du métier était enrichissante. Après cette belle présentation, nous avons pu aller visiter le centre de la ville avec ses maisons colorées et ses postures de verre dissimulées un peu partout dans les rues. 

Par exemple : le verre travaillé et terminé doit être placé dans un four à haute température où a chaleur diminuera de jour en jour évitant que celui-ci ne se casse.

L’après-midi, direction l’île de Burano où se trouve également de jolies maisons colorées, elles sont beaucoup plus vives que sur l’île de Murano. Autrefois, ces maisons de couleurs prévenaient les villageois que la maladie était présente dans la la maison peinte puis elles ont permis aux pécheurs de reconnaître leur habitation au loin après avoir passé du temps en mer. Aujourd’hui, elles attirent les personnes du monde entier.

 

Pour le troisième et avant-dernier jour, on a eu la chance de rencontrer un vénitien. Il nous a expliqué les origines de sa ville en nous faisant voyager à travers les petites rues de Venise, il nous a appris qu’il existait trois colonnades sur la place Saint-Marc et non, deux comme on peut le remarquer. En effet, la troisième est tombée dans le bassin après une tempête, elle n’a pu être trouvée. Il nous a également avertis de la malédiction qui régnait sur cette place. Il est déconseillé de traverser les deux colonnes car auparavant, c’était l’endroit où on exécutait les personnes/prisonniers. Je vais essayer de me rappeler cette malédiction la prochaine fois ! Enfin, il a terminé la promenade par nous faire découvrir le fameux pont « le Rialto.

Lors du temps de midi, nous a été au bord de l’eau près du fameux pont dans un petit restaurant typiquement italien (je ne me souviens malheureusement pas du nom). L’endroit était charmant.

Le séjour en Italie s’est terminé par une nouvelle promenade dans les rues étroites de la cité flottante et par une délicieuse glace sur la place Saint-Marc, c’est ce que j’appelle terminer en beauté.